Partager sur :

LES ECHOS

«  Darina raconte que la sage-femme l'a "fait partir sur quelque chose qu'(elle) aimait". Pendant les contractions, "ça a vraiment marché, j'étais heureuse", dit-elle. Ca a moins fonctionné pendant l'accouchement lui-même. Karine était "en confiance" et a "bien senti la descente de l'enfant". Delphine assure que "ça l'a aidée à ne pas avoir peur avant". Amandine parle de la sensation "d'avoir oublié la douleur", tout en restant "consciente". C'était "beaucoup plus efficace que les médicaments anesthésiques"»

Jean Ayissi

13 avril 2011

LE QUOTIDIEN DU MEDECIN

Une solution pour dénouer les nœuds médico-culturels

« C’est une consultation médicale d’un nouveau genre que proposent les Drs Serge Bouznah et Catherine Lewertowski. Partant du constat que ne pas prendre n compte les logiques culturelles dans lesquelles les patients interprètent et vivent leur maladie » peut-être à l’origine de blocages, voire d’échecs thérapeutiques, leur unité mobile de consultation interculturelle intervient au sein de services hospitalier. Posant comme postulat que la culture du patient doit s’imposer comme une « nécessité absolue » pour les soignants, (…) »

23 septempbre 2009

LA REVUE PRATICIEN

"Un million d'enfants sont anesthésiés chaque année, et si les conditions techniques et la sécurité de l'anesthésie ont largement progressé, ce moment reste une source d'inquiétude importante pour l'enfant comme pour ses parents. (...) L'association Sparadrap organise donc avec le soutien du laboratoire Abbott, de la fondation Apicil, de la fondation de France, de l'Union nationale des associations familiales et sous le parrainage du ministère de la Santé, un concours national sur l'anesthésie de l'enfant (...)" C.D.

 

01 octobre 2011