Les valeurs du Groupe APICIL

Partager sur :

Depuis 70 ans, le Groupe APICIL construit sa solidité autour de principes de transparence, d’humanisme et d'innovation. Des valeurs transmises à la Fondation APICIL, qui agit dans la continuité des actions de solidarité menées le Groupe APICIL.

  • Humanisme

"Nous accompagnons et soutenons nos assurés à chaque étape de leur vie. Nous accordons une importance particulière aux actions de prévention, avec pour objectif le bien-être des individus. Nous sommes partenaires au quotidien des acteurs qui assistent ceux qui en ont le plus besoin. »

  •  Excellence

« Au-delà de la satisfaction de nos clients, notre objectif est l’excellence. Pour ce faire, nous nous attachons, dans un principe d’amélioration continue de nos services et de nos méthodes de travail, à développer les compétences de nos collaborateurs. Notre savoir-faire et notre recherche permanente de la performance nous permettent aujourd’hui de nous positionner comme l’un des leaders sur le marché de la protection sociale. »

  • Solidarité

« La solidarité est inhérente à nos métiers ; métiers que nous exerçons au mieux de manière responsable. Cette valeur nourrit les relations entre nos salariés dans la mise en œuvre des projets du Groupe. Elle reflète également nos actions d’entreprise citoyenne. Parmi elles, le mécénat social nous permet d’exprimer notre accompagnement et de satisfaire notre engagement. »

  • Transparence

« Nous nous engageons à fournir une information claire et précise à nos clients et assurés. Notre objectif est de leur permettre d’apprécier les performances de l’entreprise et d’évaluer sa gestion ; leur assurer à tout moment une vision complète sur l’ensemble des garanties et services qui leur sont dédiés. »

  • Innovation

« Au-delà de simples garanties, notre Groupe propose des prestations évolutives, développe des services novateurs qui s’inscrivent dans le cadre d’une consommation responsable et solidaire. L’innovation est un gage de performance qui favorise l’émulation et l’enthousiasme de nos collaborateurs et contribue à la satisfaction de nos clients. »

 

 

LA TRIBUNE DE LYON

« Lucia Carriero et Angela Sirigu, de l’institut de sciences cognitives, veulent démontrer que l'exclusion provoque une douleur physique. Cette sensation crée, en effet, un signal d'alarme dans le cerveau, entraînant une douleur à la fois psychique et physique.

Ces recherches, financées par la fondation Apicil, ont aussi mis en évidence que le cortex

visuel est ensuite capable de reconnaître qui est l'agent responsable. Une porte ouverte pour des applications cliniques ? » DR

24 février 2011

LE PROGRES

Psychiatrie : Comment décoder la douleur des patients

« L’hôpital Saint-Jean de Dieu a ouvert en mars une consultation ou l’évaluation et la prise en charge de la douleur s’adaptent aux spécificités des malades psychiatriques. Un homme supportant pendant 3 mois un insecte bourdonnant dans son oreille ; un adolescent victime de multiples fractures après une tentative de suicide, qui prétend ne pas avoir besoin de calmant mais qui finit par « décompenser », un patient passant ces journées marcher jusqu’à l’épuisement et qui lui aussi déclenche une crise sans jamais avoir dit « j’ai mal aux pieds »… voici quelqu’un des exemples auxquels ont été confrontés les soignants de l’hôpital psychiatrique saint Jean de Dieu. (…) » Sylvie Montaron

09 octobre 2009

Renouveau

Une prise en charge multidisciplinaire du syndrome fibromyalgique
« Depuis 2009, l'équipe multidisciplinaire de la consultation de la douleur chronique du Centre hospitalier Emile-Roux s'intéresse au syndrome fibromyalgique. 680 DOO personnes sont concernées en France 80 à 90 % d'entre elles sont des femmes. « C'est un syndrome très difficile àdétecter, puisqu'il ne peut pas êtredécelé lors d'une prise de sang ou sur une radiographie. En moyenne, il faut trois ans et demi pour le découvrir. Ilse caractérise par des douleurs diffuses, dues à la contraction permanente des muscles », explique le docteur Gilbert André, responsable de l'équipe multidisciplinaire de la lutte contre ce syndrome. (…) »

10 février 2013