Les valeurs du Groupe APICIL

Partager sur :

Depuis 70 ans, le Groupe APICIL construit sa solidité autour de principes de transparence, d’humanisme et d'innovation. Des valeurs transmises à la Fondation APICIL, qui agit dans la continuité des actions de solidarité menées le Groupe APICIL.

  • Humanisme

"Nous accompagnons et soutenons nos assurés à chaque étape de leur vie. Nous accordons une importance particulière aux actions de prévention, avec pour objectif le bien-être des individus. Nous sommes partenaires au quotidien des acteurs qui assistent ceux qui en ont le plus besoin. »

  •  Excellence

« Au-delà de la satisfaction de nos clients, notre objectif est l’excellence. Pour ce faire, nous nous attachons, dans un principe d’amélioration continue de nos services et de nos méthodes de travail, à développer les compétences de nos collaborateurs. Notre savoir-faire et notre recherche permanente de la performance nous permettent aujourd’hui de nous positionner comme l’un des leaders sur le marché de la protection sociale. »

  • Solidarité

« La solidarité est inhérente à nos métiers ; métiers que nous exerçons au mieux de manière responsable. Cette valeur nourrit les relations entre nos salariés dans la mise en œuvre des projets du Groupe. Elle reflète également nos actions d’entreprise citoyenne. Parmi elles, le mécénat social nous permet d’exprimer notre accompagnement et de satisfaire notre engagement. »

  • Transparence

« Nous nous engageons à fournir une information claire et précise à nos clients et assurés. Notre objectif est de leur permettre d’apprécier les performances de l’entreprise et d’évaluer sa gestion ; leur assurer à tout moment une vision complète sur l’ensemble des garanties et services qui leur sont dédiés. »

  • Innovation

« Au-delà de simples garanties, notre Groupe propose des prestations évolutives, développe des services novateurs qui s’inscrivent dans le cadre d’une consommation responsable et solidaire. L’innovation est un gage de performance qui favorise l’émulation et l’enthousiasme de nos collaborateurs et contribue à la satisfaction de nos clients. »

 

 

LES ECHOS

«  Darina raconte que la sage-femme l'a "fait partir sur quelque chose qu'(elle) aimait". Pendant les contractions, "ça a vraiment marché, j'étais heureuse", dit-elle. Ca a moins fonctionné pendant l'accouchement lui-même. Karine était "en confiance" et a "bien senti la descente de l'enfant". Delphine assure que "ça l'a aidée à ne pas avoir peur avant". Amandine parle de la sensation "d'avoir oublié la douleur", tout en restant "consciente". C'était "beaucoup plus efficace que les médicaments anesthésiques"»

Jean Ayissi

13 avril 2011

L’ESSOR DE L’ISERE

« Il s'agit aujourd'hui de « changer les pratiques de prise en charge de la douleur et d'impulser de nouveaux projets que les bénéficiaires doivent poursuivre », précise Mme Aulnette. Cette enveloppe permettra à une psychomotricienne, Géraldine Forest, d'apporter tout son savoir-faire et complétera les unités actuellz. Le Dr Colette Peyrard responsable du CLUD et l'unité fonctionnelle de la douleur était à l'origine de l'intégration de cette compétence particulière, la psychomotricité, qui permet des avancées certaines. En effet, l'aspect psychocorporel est peu intégré dans le traitement de la douleur. Géraldine Forest aura donc un rôle transversal entre compétences cliniques et pédagogiques. » NICOLAS COMBE

20 mars 2009

AFP Mondial

« A l'origine de cette initiative, l'équipe d'Agnès Suc, responsable du centre de soins palliatifs pédiatriques à l'hôpital des enfants de Toulouse-Purpan et animatrice du Réseau Enfant-Do en Midi-Pyrénées, dont l'objectif est de prendre en charge la douleur des enfants en fin de vie. "On avait des prises en charge dans des situations palliatives mais on se posait beaucoup de questions sur celle des frères et sœurs de ces enfants", a-t-elle expliqué mardi lors d'un point de presse aux côtés des parties prenantes à l'expérience, financée par les Fondations APICIL de lutte contre la douleur et OCIRP de protection de la famille » Emmy VARLEY

24 janvier 2012