Partager sur :

METRO INTERNATIONAL

"Pour aborder en toute sérénité le calvaire du bloc opératoire, choisissez… l’hypnose. Fini le stress des opérations chirurgicales ! Mais attention (...) : "on n’utilise ni fluides ni magnétismes étranges", prévient le médecin anesthésiste Don Pierre Giudicelli. Une fois en salle d’opération, le patient discute simplement avec l’anesthésiste sur un sujet qui lui procure du plaisir. (...) . Cet autre choix que l’anesthésie est appliqué depuis 2008 à la clinique du Val-d’Ouest, à Ecully. Trente infirmiers, chirurgiens et anesthésistes ont été formés grâce à la fondation Apicil contre la douleur. Plus d’une cinquantaine d’hypnoanesthésies sont pratiquées chaque année."

01 mai 2012

LE PROGRES

Une trentaine de personnels, dont cinq médecins, ont été formés lors de sessions organisées grâce l'aide financière apportée en partie par la Fondation Apicil Nathalie Aulnette (Fondation Apicil), Catherine Imbert (Val d'Ouest),le docteur Guidicelli et deux infirmières formées de l'hypnoanesthesie « Nous pratiquons l'hypnoanesthesie en pédiatrie et pour des actes de dermo-chirurgie», (…) L'avenir de l'hypnoanesthesie en pédiatrie semble prometteur, car il s'agit d'un acte moins traumatisant pour l'enfant qu'une anesthésie traditionnelle L'opération terminée, Mathilde reprend très vite ses esprits A peine se souvient-elle d'une légère piqûre mais, assure-t-elle, «les myrtilles étaient très belles» Gisèle LOMBARD

27 avril 2012

La Provence – 14 janvier 2015

"En place depuis près de deux ans dans le service tout le personnel soignant (sans exception) a été forme en trois jours, grâce à l'aide financière de la fondation Apicil.

Et le moins que l'on puisse d i r e, c ' e s t q u e l ' h y p n o a n a l g é s i e fait l’unanimité "Ça a changé le vécu du soin de l’enfant, et par extension le nôtre et celui des patient:,", admet Natacha Estournet, infirmière Sa collègue Patricia Poyatos, auxiliaire en puériculture de nuit, va dans ce sens « L’ambiance dans la salle de soins n’est plus du tout la même. II y a beaucoup moins de hurlements et de stress ». "

Ludovic FERRO

14 janvier 2015