Partager sur :

LE PROGRES

Douleur : des projets contre la fibromyalgie et pour les migrants "300 000 € ont été remis, lundi à Lyon par la Fondation Apicil à trois projets visant à soulager la douleur par des techniques non médicamenteuses. A l’hôpital Ambroise paré, l’équipe du docteur Nadine Attal (INSEM) sera soutenue pour une étude sur l’efficacité à long terme d’une technique innovante qui semble déjà soulager à court terme les personnes souffrant de fibromyalgie (…) » S.M.

16 octobre 2008

LE PROGRES

Psychiatrie : Comment décoder la douleur des patients

« L’hôpital Saint-Jean de Dieu a ouvert en mars une consultation ou l’évaluation et la prise en charge de la douleur s’adaptent aux spécificités des malades psychiatriques. Un homme supportant pendant 3 mois un insecte bourdonnant dans son oreille ; un adolescent victime de multiples fractures après une tentative de suicide, qui prétend ne pas avoir besoin de calmant mais qui finit par « décompenser », un patient passant ces journées marcher jusqu’à l’épuisement et qui lui aussi déclenche une crise sans jamais avoir dit « j’ai mal aux pieds »… voici quelqu’un des exemples auxquels ont été confrontés les soignants de l’hôpital psychiatrique saint Jean de Dieu. (…) » Sylvie Montaron

09 octobre 2009

Métro

Lyon: passer au bloc opératoire sous hypnose
« Pour aborder en toute sérénité le calvaire du bloc opératoire, choisissez… l’hypnose.
Fini le stress des opérations chirurgicales ! Pour aborder en toute sérénité le calvaire du bloc, choisissez… l’hypnose. Mais attention, "rien à voir avec un quelconque spectacle de cabaret : on n’utilise ni fluides ni magnétismes étranges", prévient le médecin anesthésiste Don-Pierre Giudicelli. Une fois en salle d’opération, le patient discute simplement avec l’anesthésiste sur un sujet qui lui procure du plaisir. Tout occupé par la conversation, il en oublie la douleur et peut subir l’intervention sans rien ressentir.(…) »
02 avril 2012