L'engagement du Groupe APICIL

Partager sur :

Logo du groupe Apicil

Paritaire et mutualiste, le Groupe APICIL a été créé par les entreprises et les salariés et reste aujourd’hui gouverné par ses propres clients. La structure qui gouverne le Groupe est une association à but non lucratif et n’obéit à aucune logique de profit. Cette particularité historique garantit la prise en compte de vos intérêts, en tant qu’entreprise adhérente ou salarié assuré. N’ayant pas d’actionnaires à rémunérer, le Groupe APICIL consacre une partie de ses ressources à des actions sociales au bénéfice des assurés, à l’aide au développement économique local et au mécénat et bien sûr à la Fondation APICIL.

Pour vous protéger dans les différentes étapes de votre vie, le Groupe APICIL vous accompagne à travers 4 activités : la santé, la prévoyance, l’épargne et la retraite. Le Groupe s’attache à améliorer la performance globale des entreprises en contribuant au bien-être de ses salariés. Acteur engagé et solidaire, nous participons à la pérennité du système de protection sociale français et à l’équilibre sociale

Convaincu que le métier du Groupe APICIL ne se limite pas à la gestion des garanties contractuelles et au versement des prestations, il mène en plus de la Fondation APICIL, une politique d’action sociale au profit des assurés et du plus grand nombre autour de 8 axes majeurs :

  • Prévention santé en entreprise ou à domicile

  • Aide au handicap en entreprise, en établissement ou dans la société civile

  • Aides individuelles et accompagnement des aidants naturels

  • Accompagnement du vieillissement à domicile ou en établissement

  • Retour à l’emploi des cadres et non cadres

  • Orientation et renfort scolaire des plus jeunes

  • Accompagnement du deuil

  • Maintien du lien social

Le Groupe a décidé de consacrer à la Fondation APICIL une dotation initiale de 9 millions d’euros, pour créer une structure pérenne et inaliénable sur le sujet de la douleur. Depuis sa création, la Fondation est annuellement créditée par le Groupe APICIL. Au vue de cet engagement, le conseil d’Etat a accordé à la Fondation APICIL la reconnaissance d’utilité publique, lui garantissant ainsi une indépendance vis-à-vis de son fondateur et la possibilité de collecter des fonds.

Pour en savoir plus : www.apicil.com

FRANCE SOIR

« (…) Ainsi, lors de l'accouchement, guidées par la sage-femme, les futures mères appliquent des techniques apprises en séances collectives ou individuelles.
Contrôle de la respiration, dissociation du corps et de l'esprit, visualisation... En se focalisant fortement sur un lieu ou une sensation agréable, la patiente « se détache » de la douleur, sans perdre conscience. « L'hypnose, c'est comme un muscle de l'imagination », résume Isabelle Ignace. Pour les futures mères auxquelles la péridurale est contre-indiquée, l'hypnose peut ainsi s'y substituer.(…) »

Juliette Demey

14 avril 2011

QUOTIDIEN DU MEDECIN

Exposition sur les soins palliatifs à Lyon
"C'EST UNE « OEUVRE interactive », soit autant de photos réalisées et de témoignages collectés par le photojournaliste et réalisateur multimédia Fabien Cellini, qui est proposée par la Bibliothèque municipale de Lyon jusqu'au 12 novembre. À l'heure où le bilan à mi-course du Programme national de développement des soins palliatifs 2008-2012 suggère, entre autres, de développer « la culture palliative », la bibliothèque de Lyon apporte donc sa pierre à l'édifice, avec le soutien de la fondation Apicil." C.F.

23 septempbre 2011

Renouveau

Une prise en charge multidisciplinaire du syndrome fibromyalgique
« Depuis 2009, l'équipe multidisciplinaire de la consultation de la douleur chronique du Centre hospitalier Emile-Roux s'intéresse au syndrome fibromyalgique. 680 DOO personnes sont concernées en France 80 à 90 % d'entre elles sont des femmes. « C'est un syndrome très difficile àdétecter, puisqu'il ne peut pas êtredécelé lors d'une prise de sang ou sur une radiographie. En moyenne, il faut trois ans et demi pour le découvrir. Ilse caractérise par des douleurs diffuses, dues à la contraction permanente des muscles », explique le docteur Gilbert André, responsable de l'équipe multidisciplinaire de la lutte contre ce syndrome. (…) »

10 février 2013