L'engagement du Groupe APICIL

Partager sur :

Logo du groupe Apicil

La Fondation APICIL a été créée à l’initiative du Groupe APICIL, groupe de protection sociale lyonnais. Il développe depuis de nombreuses années une action sanitaire et sociale innovante, adaptée aux besoins de ses assurés comme de celui du public. Le Groupe APICIL s’appuie sur des valeurs de solidarité, de transparence et d’humanisme pour développer un mécénat social significatif et diversifié, dans cinq grands domaines : le handicap, la santé, le grand âge, l’emploi, l’accompagnement du deuil. Les institutions et mutuelles qui composent le Groupe APICIL sont toutes à but non lucratif et donc sans actionnaires à rémunérer. Ainsi chaque année, une partie de ses ressources est consacrée à des actions d’intérêt général ou au bénéfice de ses assurés.

Le Groupe APICIL fonctionne sur un mode paritaire et mutualiste, c’est-à-dire que les représentants des adhérents pilotent directement la gestion de leur protection sociale. Ce paritarisme est l’une des forces historiques du Groupe APICIL. Les administrateurs, représentants des salariés et des employeurs, trouvent ensemble les consensus et les accords nécessaires au développement de Groupe et au respect des intérêts de ceux qu’ils représentent.

Grâce à ce fonctionnement le Groupe APICIL est un acteur institutionnel majeur du tissu économique et social local à travers un soutien permanent  à la création d’entreprise et la conduit d’une politique d’actions sociales d’envergure : prévention des risques santé, retour à l’emploi, recherche médicale, création d’établissements pour handicapés

Dans le domaine de la lutte contre la douleur le Groupe APICIL a souhaité créer une Fondation afin de donner une pérennité et une visibilité à ses actions. Créée en mars 2004, la Fondation APICIL est une des rares fondation en France Reconnue d’Utilité Publique et créée par une entreprise. Afin de concrétiser cet engagement, le Groupe APICIL a doté la Fondation d’un capital initial important de 9 millions d’euros et lui attribue tous les ans, une subvention permettant le financement d’actions concrètes pour soulager la douleur.

LE PROGRES

« L’hypnose peut soulager la douleur. L’expérience clinique l’a prouvé. Mais par quels mécanismes cérébraux y parvient-elle ? C’est à cette question que s’intéresse Fanny Nusbaum dont les travaux sont soutenus par la Fondation APICIL. Cette psychologue clinicienne du laboratoire Santé Individu Société (université de Lyon) a mis en évidence l’importance de la dimension émotionnelle de la douleur, en observant l’activité cérébrale sous hypnose de 14 patients souffrant de lombalgie chronique. (…) ».
Sylvie Montaron

21 mars 2010

La Dépêche du Midi

« C'est une première en France des spécialistes ont créé à Toulouse des groupes de paroles ou les enfants qui ont subi le deuil d'un proche peuvent échanger Ils ont constaté que les enfants qui ont perdu un frère, une sœur ou un parent, doivent souvent se débrouiller face à leur douleur «L'idée, c'est de faire de la prévention, et d'éviter que ces enfants n'arrivent plus tard en psychiatrie», dit Jean-Philippe Raynaud, responsable du service universitaire de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent au CHU de Toulouse. »

25 janvier 2012

METRO INTERNATIONAL

"Pour aborder en toute sérénité le calvaire du bloc opératoire, choisissez… l’hypnose. Fini le stress des opérations chirurgicales ! Mais attention (...) : "on n’utilise ni fluides ni magnétismes étranges", prévient le médecin anesthésiste Don Pierre Giudicelli. Une fois en salle d’opération, le patient discute simplement avec l’anesthésiste sur un sujet qui lui procure du plaisir. (...) . Cet autre choix que l’anesthésie est appliqué depuis 2008 à la clinique du Val-d’Ouest, à Ecully. Trente infirmiers, chirurgiens et anesthésistes ont été formés grâce à la fondation Apicil contre la douleur. Plus d’une cinquantaine d’hypnoanesthésies sont pratiquées chaque année."

01 mai 2012