L'engagement du Groupe APICIL

Partager sur :

Logo du groupe Apicil

La Fondation APICIL a été créée à l’initiative du Groupe APICIL, groupe de protection sociale lyonnais. Il développe depuis de nombreuses années une action sanitaire et sociale innovante, adaptée aux besoins de ses assurés comme de celui du public. Le Groupe APICIL s’appuie sur des valeurs de solidarité, de transparence et d’humanisme pour développer un mécénat social significatif et diversifié, dans cinq grands domaines : le handicap, la santé, le grand âge, l’emploi, l’accompagnement du deuil. Les institutions et mutuelles qui composent le Groupe APICIL sont toutes à but non lucratif et donc sans actionnaires à rémunérer. Ainsi chaque année, une partie de ses ressources est consacrée à des actions d’intérêt général ou au bénéfice de ses assurés.

Le Groupe APICIL fonctionne sur un mode paritaire et mutualiste, c’est-à-dire que les représentants des adhérents pilotent directement la gestion de leur protection sociale. Ce paritarisme est l’une des forces historiques du Groupe APICIL. Les administrateurs, représentants des salariés et des employeurs, trouvent ensemble les consensus et les accords nécessaires au développement de Groupe et au respect des intérêts de ceux qu’ils représentent.

Grâce à ce fonctionnement le Groupe APICIL est un acteur institutionnel majeur du tissu économique et social local à travers un soutien permanent  à la création d’entreprise et la conduit d’une politique d’actions sociales d’envergure : prévention des risques santé, retour à l’emploi, recherche médicale, création d’établissements pour handicapés

Dans le domaine de la lutte contre la douleur le Groupe APICIL a souhaité créer une Fondation afin de donner une pérennité et une visibilité à ses actions. Créée en mars 2004, la Fondation APICIL est une des rares fondation en France Reconnue d’Utilité Publique et créée par une entreprise. Afin de concrétiser cet engagement, le Groupe APICIL a doté la Fondation d’un capital initial important de 9 millions d’euros et lui attribue tous les ans, une subvention permettant le financement d’actions concrètes pour soulager la douleur.

LA GAZETTE LOIRE

« (…) Souvent les personnes suivent déjà des traitements médicamenteux assez lourds. Les exercices appris permettent  parfois de réduire cette prise médicamenteuse. (…) De 8 à 10 patients, chacun peut parler de son expérience, de ces souffrances. Les autres peuvent ainsi se sentir plus compris, en se retrouvant face à des individus qui ressentent les mêmes douleurs. Bien souvent, l’entrée dans ses groupes permet la reprise de liens sociaux (…). »
Jonathan Goncalves

19 décembre 2008

LE PROGRES

« L’hypnose peut soulager la douleur. L’expérience clinique l’a prouvé. Mais par quels mécanismes cérébraux y parvient-elle ? C’est à cette question que s’intéresse Fanny Nusbaum dont les travaux sont soutenus par la Fondation APICIL. Cette psychologue clinicienne du laboratoire Santé Individu Société (université de Lyon) a mis en évidence l’importance de la dimension émotionnelle de la douleur, en observant l’activité cérébrale sous hypnose de 14 patients souffrant de lombalgie chronique. (…) ».
Sylvie Montaron

21 mars 2010

LE QUOTIDIEN DU MEDECIN

« Que se passe-t-il dans le cerveau d'une personne victime d'ostracisme 9 C'est la question à laquelle le Dr Lucia Carriero a tenté de répondre dans le cadre de travaux pilotes par le centre de neurosciences cognitives à Lyon, avec le soutien des fondations Apicill et Neurodis Des travaux antérieurs, conduits au début de l'année 2000, avaient déjà permis de montrer qu'une même région du cortex, préfrontale droite, était activée en cas de douleur physique ou morale, « mats ces investigations ne renseignaient pas sur ce qu'il se passe lorsqu'une personne, ayant souffert d'exclusion, reconnaît par la suite l'auteur de cet ostracisme », a indiqué Luciano Carriero lors d'une présentation des résultats à Lyon. (…) » CAROLINE FAESCH

01 mars 2011